Tendresse crépusculaire

Cette accoutumance du sourire, du regard qui s’esquisse sur ce visage ! Voilà que la fin du jour semble plus triste plus longue et si prés du petit jour…
Pourtant c’est le moment qu’ils ont choisi…Doucement, en catimini…entre la fin de jour et le début d’une nuit, quand les rayons de soleil sont surannés .
Il faut éviter cette sourde amertume qui brule les lèvres en fin de soirée trop arrosée, tant de choses se sont effeuillées depuis toutes ces années….
Envie d’une chose : encore un peu de rose sur les joues, poser une tendresse sur ses lèvres … Oser !

Oser s’aimer encore!

Cette accoutumance d’une présence où la passion flétrie se change en ombre saccadée, recueil de deux êtres à la fin de leurs soirs ; Tendresse soudaine, nouvelle, crépusculaire. Renouveau des regards qui se donnent rendez vous avec des palpitements du coté du cœur, sursaut du temps . Tout est plus risqué, le cœur est plus vite essoufflé, ils le savent…
Comme avant, labyrinthe d’amour, ils se faufilent… tendresse dernière, crépusculaire sur la pente des âges, peur du lentement et de l’effarement du miroir. Surpris par deux petits vieux qui croisent leurs regards ! Etonnés de voir ces gens dans leur reflet. Ils se sourient d’un air malicieux et entendu…

Tendresse crépusculaire quand le soleil couleur passion grisonnant a brulé tous les élans de jeunesse au fil du temps, mais pas chez eux. Quelques cendres de leurs souvenirs sont restées accrochés dans leurs cheveux et s’éparpillent ce soir dans les replis de ces peaux vieillies mais pas assagies.
Cette image de soi, flétrie jusqu’au dernier pli, avec ce regard emplis de soucis, blanchis sous les verres qui laissent à voir, une vie plus trouble. La main qui tremble aussi, au milieu de ce halo blanchâtre il la reconnait….Reflet fané de ce que furent les belles années, les yeux bouffis d’images de vie, un semblant de  fou rire s’esquisse.

Ils sortent dans le jardin main dans la main, et retiennent leur souffle….Ils se moquent des pilules colorées, des crèmes teintées, des chaussures confortables…Discrètement, ils se faufilent comme deux enfants entrain de faire le mur….
Ils arrivent tremblotant sur la cour devant la cuisine…sursaut d’espoir, personne ne les a vu aujourd’hui, ils vont pouvoir s’envoler…Leurs enfants reçoivent des amis, on les a oubliés…Ils en profitent !

Envie d’une chose : encore un peu de rose sur les joues mais sans fard pour elle, pour lui poser une tendresse sur ses lèvres … Oser vivre encore un peu même quand la terre tourne plus vite autour d’eux…
Allez ! un deux trois….
Elle a toujours adoré, mais elle ne peut plus trop sautiller comme avant, mais elle fait semblant, le sourire aux lèvres, son cœur bat la chamade, ni rétrécit ni vieillit, à petit pas elle se rapproche de son reflet à lui qui l’attend au bout de la marelle les bras grands ouverts….
Tendresse crépusculaire quand elle atteint le ciel et qui la serre dans ses bras….Vacillant il embrasse ses cheveux blancs éclatants dans un rayon de soleil….
Tendresse crépusculaire quand le « je t’aime » chevrote d’émotion…
L’amour se lit en braille sur le relief de leur peau.
Tendresse éternelle…..Reflet fané…baiser volé à l’ombre d’un murier sous le soleil crépusculaire de l’été.

Dans le ciel de la marelle de leurs petits enfants, une fois de plus ils se sont enlacés!…

Ils ont gagnés, une fois de plus ils n’ont pas été repérés…

Publicités

Une réflexion sur “Tendresse crépusculaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s