12-Bam’city, noyade au barrage

Les lieux du barrage sont magnifiques, ce site est reposant pour les yeux et les oreilles. Plus de Klaxon, plus de foule, nous sommes perdus en pleine brousse, même la poussière semble s’être posée un instant.
Nous avons pour repas frugal des bananes que Magloire a acheté en bonne précaution.
Une grande étendue d’eau s’ouvre en face de nous. La saison des pluies a permis de garder suffisamment d’eau et redonner vie un court instant à la couleur verte qui domine la terre.
Nos regards s’habituent au panorama. Cette étendue d’eau n’est pas bleue, elle est verte, baignée du reflet des arbres. Aucun mouvement, aucune vague.
L’air est lourd, l’atmosphère devient soudain pesante, on ne sait pas encore pourquoi.
Certes il fait chaud, tout est immobile, silencieux mais…
Un léger mouvement d’eau brise le silence, la couleur ondule et attire nos yeux vers une tâche plus sombre au milieu de l’étendue d’eau.
Nous apercevons un âne, au loin. Nous comprenons qu’il est en danger. Il bouge à peine. Sans doute est il épuisé de lutter pour éviter de se noyer.
Nous nous inquiétons, nous nous agitons, …
En vain, nous ne pouvons pas intervenir.
Saison des pluies, le sol est détrempé, l’âne est isolé.
Son maitre est surement trop éloigné pour lui venir en aide.
Alors Magloire dans un grand éclat de rire nous explique que c’est la vie, c’est normal, ici la mort rôde à chaque instant, elle prend plus ou moins son temps…on n’a pas le temps de s’apitoyer, les affaires courantes reprennent vite le dessus. Et puis toute vie a son histoire, sa destinée.
Cet âne en tant que tel aurait du se méfier car les ânes n’aiment pas l’eau….
« quand Dieu a crée les animaux sur la terre il a demandé aux animaux de fermer les yeux pour savoir quels sont les animaux qui vont aller dans l’eau. L’ane a caché ses yeux mais il a vu les fauves rentrer dans l’eau. Depuis ce jour on dit que les ânes n’aiment pas l’eau. »

Mali041
L’humour permet toujours de se sortir des situations, pires soient elles !
Face à nos mines perplexes Magloire ne lâche pas son sourire pour autant et nous assure que le terrain étant trop imbibé d’eau et que l’on ne peut certainement pas s’en approcher sans danger.
Culpabilité quand tu nous tiens…même au fin fond de l’Afrique, en pleine brousse tu nous questionnes autour de notre inutilité face à la mort lente d’un âne.
L’animal est résigné il ne fallait pas traverser.

Et Magloire de rajouter, de toute manière en bambara il y a un proverbe qui dit :
« N’insulte jamais un crocodile avant d’avoir traversé la rivière ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s