Poème à l’encre: flétrir

un jour je verrai , ma peau se faner,

mon œil s’ éclipser, ma vue se faner

mon cœur sursauter, ma vie se friper

  

ma main tremblera face à l’échéance

ma peau flétrissure des moments de déchéance

et du dernier temps de ta présence

 

la main frémira en secouant les cheveux neiges

coton d’un soir mon ange,

souvenir vide d’un futur blanc soyeux, doucereux.

 

Mon amour lui ne flétrira pas

Il ne connaîtra

Ni déchéance,

Ni vide.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s