BOUTS D ENFANCE: la moustache de chocolat blanc

Il y a des lieux qui nous font un effet particulier, on se sent chez soi.

Le café ce matin, une table de femmes, une mère et ses trois filles. Elles parlent des hommes qui ne les respectent pas qui les trompent, les humilient et qu’elles finissent par mettre à la porte, la mort dans l’âme.

En face il y a 5 hommes d’origine étrangère qui parlent une langue syncrétique, un mélange entre l’arabe et le français (du sud)….Leurs regards se portent souvent sur les trois filles. Ils parlent de voitures de garantie qu’ils comparent aux femmes. Ils rient haut et fort et occupent l’espace et le volume du café par leurs rires  par leurs regards.

Les femmes les ignorent, n’utilisant qu’un langage  soutenu qu’elles ont apprises à l’école. Aucune expression ne laisse à penser qu’au fond du cœur de la maman il y a une autre langue, la même que les hommes de la table d’en face…  Et puis il y a l’autre table, celle d’a coté…

Dans une bulle au milieu du vacarme, il y a une petite fille bouclée et son grand-mère attablés devant deux bols de chocolats blancs.

Ils font des coloriages.

Il n’y a plus d’homme ou de femme, plus de regard de travers, que des regards complices et amusés pleins d’amour. L’enfance gomme les différences. Il n’y a plus ni vieux, ni jeune, ni homme, ni femme ; L’un retourne en enfance, blanchissant le temps. L’autre découvre le terrain de l’enfance en secouant ses boucles de temps en temps.

Une belle complicité, une belle et douce amitié au-delà de leur lien de sang. L’amitié qui ne tient compte ni de l’age ni de l’entourage.

Le rire de la petite fille est clair, elle a des étoiles plein les yeux en regardant son grand père, sa lumière. Ils ont arrêté le temps et colorient des arcs en ciel.

Un jour elle passera à l’autre table, la table des femmes, comme ses tantes, sa mère et sa grand-mère. Un jour elle racontera sa vie sentimentale avec ses sœurs et ses cousines,….Elle dira que les hommes sont irrespectueux,… et puis son cœur se serrera et elle se corrigera : «  sauf un. »

Elle ne pourra s’empêcher de lancer un regard sur la table d’a coté qui restera vide, un sourire aux lèvres.

Comment ne pas penser à cet être merveilleux, arrivé de Tunisie très jeune ? lI a travaillé dur pour sa famille mais surtout il a toujours énormément  respecté sa femme et ses enfants…Et puis lui il sait colorier sans dépasser, il sait parler sans crier, il sait l’aimer sans le dire, …

Lui, il sait sourire sans les lèvres, avec juste ce qu’il faut d’étoiles dans les yeux… lui il sera toujours là pour elle, assis  à la même place dans ce café, en face d’elle.

Alors elle commandera encore le chocolat blanc, elle gardera les moustaches blanches en mémoire à leurs fous rires. Elle gardera la moustache blanche chocolatée pour lui ressembler. Lui depuis sa place dans le café veillera sur elle, en souriant.

Il y a des lieux qui nous font un effet particulier. Il y a l’âme de quelques grands pères qui veillent sur les petites filles qui boivent du chocolat blanc.

 

Publicités

2 réflexions sur “BOUTS D ENFANCE: la moustache de chocolat blanc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s