POEME A L’ENCRE: passades…

Glissade sur l’eau

qui frémit en vagues.

On tourne le dos

glissade du regard

sur des gens maussades

aux yeux hagards…

 

Lointain sourire,

tout n’est que passade.

La musique pour frémir

oubliée le lendemain

lors d’une balade.

L’amour d’un soir

ne peut durer à demain

on perd l’espoir.

 

La mode d’un temps

va fuyant chaque jour,

dans l’esprit du vent

où tour à tour,

tout n’est que passade

les couleurs délavées

des vêtements pales

et gris sur les visages

où se lit les passades du passé…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s