POEMES ENSABLES: 15# OURSINS

Cette chose qui soudain

Pénètre la chair,

S’enfonce dans la peau.

 

Ces pointes qui laissent

Des petites piques

Bien profondes !

 

Cet oursin qui en vain

A voulu s’enfuir

Et ne voulait pas en finir…

 

Il finira sur le sable

Aligné comme un trophée

Que l’on peut déguster…

 

Il finira sur la table

Décortiqué, coupé

Les entrailles exposées…

 

Il finira sur la table

Etalé sur le pain

Dégusté avec du rosé!

 

L’oursinade dégustée

Après la pêche,

 Et Juste après la sieste !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s