THERAPEUTIQUE HOMEOPATIQUE CONTRE LE CHAGRIN

En face des champignons il y a les chagrins.

Le mangeur des mauvais champignons est peut-être mort ?

« Soigner la dépression après chagrin… des céréales germées et de l’arnica. »

Est-ce suffisant ?

Le chagrin est une souffrance morale, qui peut entrainer une profonde tristesse, une terrible peine. Il peut entrainer la dépression. Celle-ci à son tour peut être soignée, je trouve la posologie page 141.

 

DEPRESSION NERVEUSE p 141

 

Ici encore le traitement varie selon les sujets et les motifs, on retrouve le deuil suite à la mort du mangeur de champignons ?Il y en a d’autre car deuil est au pluriel. On trouve aussi les échecs, scolaires, professionnels, amoureux ? Rien n’est précisé. Par contre au singulier il y a la déception, être trompé dans l’attente, être plein de désillusions…La déception est-elle aussi amoureuse ?

Le traitement est aussi différent pour « les hommes surmenés, les jeunes filles ou femmes douces et réservées »…  Les uns touchés par des échecs professionnels, ils sont surmenés…Les jeunes femmes dans l’ombre des hommes se bercent d’illusions et portent leur chagrin en silence…pas dans le surmenage !

« Chez les vieux » le traitement demande à être alterner entre deux, il n’y a plus de désillusion possible…

Attention « aux nerveux qui passent facilement d’une extrême à l’autre », ils apparaissent comme dangereux. Extrême de quoi ? du chagrin, de la folie, du surmenage, des échecs de la déception… Oh, je m’embrouille, je m’égare…

Par contre le succès est assuré chez les déprimés, les agités et les angoissés, mais aussi chez les congestifs avec tendance au suicide. Les femmes brunes maigres et renfermées ou les femmes blondes et résignées semblent être des patients faciles à traiter, le traitement pour ces jeunes femmes me fait sourire, il ne s’invente pas…

« Tous les soirs Tisane Relaxe Sergent ! »

« Ne pas oublier qu’il est parfois nécessaire d’échanger le malade de milieu pour un certain temps et de l’intéresser à quelque chose. Dans les cas grave hospitalisation en milieu spécialisé les piqures sont préconisées. »

Il faut éviter les piqures, sinon la vie pourrait se réduire à peau de chagrin…

Je ne peux m’empêcher de penser à l’œuvre de Balzac, les échecs du jeu….

« Ne faut-il pas être bien malheureux pour obtenir de la pitié, bien faible pour exciter une sympathie, ou d’un bien sinistre aspect pour faire frissonner les âmes dans cette salle où les douleurs doivent être muettes, la misère gaie, le désespoir décent ! »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s