Quand: 17#

Quand tout ce qui bouge te tournes autour pour te narguer…

 A commencer le soleil qui tourne autour du canapé, Les ombres dansent au plafond. Sans compter le chat et le chien qui ont décidé de se faire une course poursuite, pour faire voler tout ce qui est sur leur passage ( y compris les béquilles).

Les mouches bourdonnent et te collent, les moustiques qui résistent et te piquent…Et les oiseaux ? il n’y en a jamais eu autant !

D’accord il fait un temps de printemps et je suis en train de lire la vie de Daphné du Maurier qui a écrit les oiseaux….Mais bon…

Et puis non, c’est l’automne ! Les bateaux de croisières vociférant leur départ vers de lointains horizons, se moquent de moi…Armée de mes béquilles et de mon panier je vais m’ensoleiller.

Certains me diront qu’ils aimeraient bien se poser, être assis au soleil face à la mer  en train de regarder les oiseaux voler et les bateaux de croisière s’éloigner. Alors quoi ? POSITIVE ATTITUDE !!!

Et puis ma citation du jour est de Bergson : « l’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire… »

Alors c’est décidé je vais travailler parce que l’inactivité frôle la culpabilité…Je sors le paquet de copie du panier de survie…(oui même en maladie un prof travaille…) Armée d’un stylo rouge je travaille au soleil, le pied dans une botte surélevée.

Je lève le nez pour humer la pensée biscornue d’un élève sur sa mauvaise copie, jusqu’à ce qu’un coup de vent malheureux emporte la copie du bien heureux contre lequel je ne peux plus rien faire.

Alors entre culpabilité et immobilité je guette le coin où la feuille bat de l’aile…juste là en face, dans le fond du jardin, contre la clôture du voisin…Alors  j’ espère qu’elle n’aille pas plus loin ou qu’elle ne soit pas ramenée par ton dévoué compagnon, le chien, comme un trophée en travers de la gueule ou qu’elle ne passe pas le grillage…

Liberté et mouvement des copies quand la culpabilité de l’immobilité me travaillent….l’avenir c’est ce que nous allons en faire…Je décide de rentrer pour préserver les autres feuilles volantes.

Alors Quand un oiseau rentre dans ton salon paniqué par tout ce vent, je me dis que tout s’agite pour me faire ressentir les limites de mon immobilité surtout quand mon chat se met à bondir partout pour l’attraper.

Bilan…mon livre tombé hors de portée, une lampe échouée, mon pot plein d’eau pour la peinture renversée sur mes cahiers, copies épargnées, air désespéré…. Chat fatigué…Moi aussi toute cette agitation m’a épuisée, j’en ai mal au pied… je vais reprendre un extranase et me coucher!

« l’avenir n’est pas ce qui va arriver mais ce que nous allons en faire… ».

La copie a été récupérée saine et sauve…


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s