1#Défi: lignes de vie

Le défi consiste à écrire un récit inspiré de l’oeuvre « Standard Station » d’Edward Ruscha qui se déroule en été.

Thème : Libre

Longueur : Maximum : 1000 mots.

Contrainte : Le récit doit émerger de ce que vous inspire l’oeuvre « Standard Station » d’Edward Ruscha.

Contrainte additionnelle : Le texte doit se dérouler en été.

 

Lignes de vie

 

La ligne droite est contre nature. Elle n’a pas sa place dans la réalité de la  nature. C’est l’homme qui pour la dompter va se mettre à tracer, couper,  tirer des traits, aligne sa vie au bord de routes toutes bien tracées.

 

Les sentiers eux sont déjà plus sinueux, suivant les aspérités de la nature, les racines exubérantes, les rochers intraitables.

 

Sur ces lignes droites la chaleur est plus lourde. Au loin,  l’asphalte laisse percevoir les ondes de chaleur. Quelques herbes folles cassent les lignes. Quelques panneaux bien droits nous avertissent d’une courbe ou d’un zigzag hors de contrôle pour l’homme.

 

Les aiguilles de la montre sont elles aussi rectilignes. Le temps qui défile au bord de cette route est plus lourd. Je manque d’air alors que toutes les fenêtres sont ouvertes. .

 

Les aiguilles du compteur m’indiquent qu’il faut rapidement trouvé de l’essence sinon je vais rester bloquer au bord de ce trait de goudron. Ces aiguilles là aussi sont droites…pas drôles… Il n’y a même pas de réseau, il n’y a pas âme qui vive, il n’ y a pas de courbes, l’horizon est droit. Il n’y a pas de choix.

 

Et pourtant…

 

Je me sens prise tout d’un coup d’un vent de folie en apercevant un petit dénivelé. Refusant la vie rectiligne, je prends de l’élan, j’accélère à fond en appuyant sur la pédale carré de l’accélérateur. Mon cœur s’accélère, je me mets à hurler, je tourne le volant en petits mouvements saccadés, j’ai l’impression que ma voiture s’envole, que ma volonté me permet toute liberté, toute folie…Je crie à la vie que je n’aime pas les lignes droites….

 

Je dépasse la station, je dépasse les traits tout tracés, je ne sortirais pas ma « credit card », ni les billets rectangles et verts…

 

Yououuuuuuhhhhh…

 

Ma voiture se met  à tousser, elle n’est pas habituée aux routes sinueuses de mon esprit, elle a soif.

 

Une longue sirène me fait sursauter, dans le rétroviseur j’aperçois les lumières de la voiture de police… comme dans les films… mais je suis contrainte de m’arrêter, ma voiture ne veut plus avancer….elle préfère brouter.

 

Un policeman me dévisage comme si je sortais d’un asile. Il me demande mes papiers, pas un sourire.

 

         « French ?Are you crazy ? »

 

J’essaye désespérément de lui expliquer que je n’avais plus d’essence, que j’ai perdu le contrôle de ma voiture…Son visage rectiligne ne laisse passer aucune réaction.

 

Mon sourire se fige, je ne maîtrise pas assez la langue pour lui expliquer les courbes et lignes droites…et je ne maîtrise pas non plus assez pour comprendre toutes les réprimandes… et puis qui me comprendrait ? Je baisse la tête comme une petite fille que l’on gronde. Je mesure soudain toute la poussière collée sur mon visage en voyant mon reflet dans le rectangle rétroviseur… J’ai l’air d’une folle, pas de cheveux lisses, des lunettes rondes, une bouche tordue…pas très nette finalement au regard des autres. Il s’arrête de parler, persuader que j’ai tout compris et qu’il ne m’y reprendra plus.

 

Je mesure soudain l’étendue de ma défaite quand le policeman rempli  un papier, rectangle lui aussi…et puis une petite victoire, le papier ne veut pas se détacher. Il trésaille, il glisse sous les doigts, et … la coupure n’est pas nette, pas droite, un joli zigzag qui me fait sourire intérieurement… je ne tiens pas non plus à connaître les barreaux rectilignes d’une prison­. Il remonte dans sa voiture et s’éloigne vers la ligne d’horizon. un dernier coup d’œil dans le rétro, je vois les lignes de la station, on dirait presque l’œuvre d’Edward Ruscha,  « Standard Station ».

 

Toutes ces lignes droites de nos vies me dépriment…

 

Le rectiligne est contre Ma nature…

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s