vol au dessus de l’Inde: 8#Le canal

Il y a cette odeur forte qui émane de tout ce qui se trouve en contrebas. Les corps mous, les restes en décompositions, l’eau putride…Poubelle à ciel ouvert l’odeur est si forte par endroit qu’elle remue les tripes. Les sacs poubelles s’amoncellent, les chiens errent, les hommes y meurent. Limite marquée entre le quartier français et  le quartier tamoul, cette frontière a perdu de sa grandeur et de sa valeur.

Chaque jour on y passe soit d’un coté soit de l’autre. On y trouve les petits marchands ambulants, des poteries, des chiens errants, des hommes fatigués, des arbres courbés…

Dans la nuit nous longeons le canal pour rentrer et puis il y a  cette autre odeur forte qui émane de tout ceux qui se trouvent en contrebas…Les corps vivants, les gestes en action, l’eau vive….Au milieu des poubelles des hommes s’amoncellent, ils brulent de l’encens. L’odeur est si forte qu’elle nous transporte bien loin du canal.

C’est çà l’Inde, on passe de la putréfaction à l’élévation dans un même lieu. Un arbre laisse tomber des boutons de fleurs sur nous. C’est un signe, une odeur nouvelle…


4 réflexions sur “vol au dessus de l’Inde: 8#Le canal

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s