Via Pondy 26#photomatic

Elle vend des colliers le soir à la tombée de la nuit cherchant les touristes. Certains n’écoutent pas sa petite voix et ne la regarde même pas, la bousculant du bout des doigts. Si on l’écoute « ce travail » serait un moyen de se payer l’école. « 100 roupies pour manger, 100 roupies pour un collier pour étudier ». Son histoire est changeante, elle s’invente il me semble une famille avec la jeune femme qui erre comme elle dans la ruelle, un enfant posé sur ses hanches. Elle se sait surveillée alors elle agite les mots au bruit des colliers  posés au bout de son bras, pour montrer qu’elle travaille.

Elle dort sur la plage, elle n’a rien d’une écolière. C’est là que nous l’avions rencontré la première fois il y a quelques années. Nous lui avions offert des crayons et un cahier qu’elle avait éparpillé dans la rue sans lui porter un grand intérêt. Aujourd’hui elle a grandit, elle sourit, elle nous a reconnu.

Elle a  sous sa chemise une pochette avec  une petite photomatic prise l’année dernière. A peine la photo prise une femme était venue voir ce qu’on lui avait donné. Cette nouvelle petite image sans valeur marchande pour les autres est un trésor pour elle qu’elle garde contre son coeur.

Publicités

Une réflexion sur “Via Pondy 26#photomatic

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s