11- A Bam’city,le père blanc de Faladjé

En route vers la brousse et Faladje à 80km de Bamako. Premier arrêt en bord de route, à l’entrée de Faladje qui nous apparait comme un minuscule village. Une fois de plus nous sommes l’attraction, des blancs poussiéreux et souriants…Antinomique ? Les officiels, maires et secrétaires nous attendaient dans leurs plus beaux costumes de ville. … Lire la suite 11- A Bam’city,le père blanc de Faladjé

5- le vieux

Et puis viennent les premières rencontres, dans un centre d’accueil, avec les enfants, pas n’importe lesquels, les enfants de la rue de Bamako. Etre un enfant de la rue et être reconnu comme tel, c’est une insulte, alors on cherche un autre patronyme…Ils deviennent alors les enfants de tous. On ne devient pas un enfant … Lire la suite 5- le vieux

4- Extrait de Bam’city, somnolence du gardien…

Femmes, déambulantes dans la poussière, elles sont chargées de couleurs, chargées de chaleur, chargées de maternité… Une multitude de petits métiers pour les femmes, les enfants, les vieux et moins jeunes, chacun s’active dans la poussière de la grand’rue. Pas de place pour l’adolescence dans la poussière, tu es enfant ou adulte. Pas le choix, … Lire la suite 4- Extrait de Bam’city, somnolence du gardien…

3- Extrait de Bam’city, la trancheuse d’ananas.

Pourtant quels que soient nos critères culturels, les femmes sont belles… Quel que soit leur age, leur activité, leurs sourires nous illuminent. Un enfant dans le dos, des bassines colorées sur la tête, des sacs au bout des bras, elles marchent, droites, majestueuses, pieds nues au milieu des débris et de la poussière. Des métiers, … Lire la suite 3- Extrait de Bam’city, la trancheuse d’ananas.

2- Extrait de Bam’city, première escale ensoleillée ou Maïté moche!

Premier arrêt sur la route poussiéreuse, premier achat, notre chauffeur, Papaa, nous laisse en bord de route, en plein soleil, sans clim, mais avec quelques vitres ouvertes… Ces quelques instants nous semblent une éternité. Les blancs deviennent suants et dégoulinants… au bord de l’asphyxie, et déjà imprégnés de latérite dont on prend lentement la couleur … Lire la suite 2- Extrait de Bam’city, première escale ensoleillée ou Maïté moche!